jeudi 30 mars 2017

Journée Nationale des Véhicules d'Époque 30 Avril 2017

Le 30 avril prochain, la Fédération Française des Véhicules d’Epoque (FFVE) organise un événement inédit : la Journée Nationale des Véhicules d’Epoque.

Belles-Classiques se devait de relayer cette excellente initiative !


photo : Gabe Rodriguez

Pour cette première édition, la Fédération souhaite faire de cet événement un rassemblement populaire réunissant une grande diversité de véhicules (autos, motos, tracteurs, camions, motos…). Initiatives individuelles ou collectives, véhicules roulant ou statiques, le grand public aura le choix et pourra découvrir la richesse du patrimoine automobile français.

Ouvert à tous et gratuit pour le public, l’événement du 30 avril se veut être la grande première d’une fête annuelle collective qui se tiendra chaque année, le dernier dimanche d’avril. On connaissait la Fête de la Musique, il faudra désormais compter sur la Journée Nationale des Véhicules d’Époque !

Afin de mobiliser le plus grand nombre, la FFVE lance un appel aux propriétaires de véhicules
anciens afin de faire sortir au maximum leurs «belles » des garages.

Photo : Garett Mizunaka


Cette journée est également l’occasion de montrer le talent des artisans qui œuvrent quotidiennement
aux côtés des passionnés et aident à maintenir ce patrimoine en état de rouler. Avec plus de 200 professionnels du véhicule qui sont adhérents, la FFVE connait toute la valeur de ses détenteurs
de savoir. « Les compétences de nos artisans, les équipements qu’ils utilisent, les méthodes et
procédures doivent également être valorisés lors de cette journée.


Toutes ces initiatives ont une ambition commune, montrer aux pouvoirs publics que le véhicule ancien est avant tout un patrimoine à sauvegarder et à transmettre aux générations futures.

mercredi 15 février 2017

Destin(s) Automobile(s) : Les TRINTIGNANT


Originaire du Sud Est de la France, Maurice Trintignant est né le 30 Octobre 1917 à Sainte-Cécile-les-Vignes, dans le département du Vaucluse. Il est le benjamin de 4 frères, tous pilotes sur Bugatti. Louis, un de ses frères meurt tragiquement au volant de sa Bugatti 51 en 1933 durant les essai du Grand Prix de Picardie. Lors de ce funeste Grand Prix un second pilote, Guy Bouriat, décède également en pilotant une Bugatti.

www.belles-classiques.com
Maurice Trintignant
 Maurice assista au terrible accident de son frère, et tentant de conjurer le sort, décida de racheter en 1938 une Bugatti 51 ,le même modèle que Louis, pour courir également.

Ses deux autres frères Henri et René (le père de l'acteur Jean-Louis Trintignant) passionnés par la
course automobile ne parvinrent toutefois pas à égaler la carrière de leur cadet.

Bugatti
Bugatti type 51 - 1931

Maurice gagne en effet son premier Grand Prix, lors de sa seconde course en 1939, sa carrière naissante est toutefois bientôt interrompue par la guerre. Il doit patienter jusqu'en 1945 pour se relancer, lors du Grand Prix de la Libération sur le circuit du bois de Boulogne.

Il participe à la course en remettant en service sa Bugatti 51, remisée dans une grange pendant la guerre. Malheureusement l'auto tombe en panne peu après le départ de la course et son mécanicien découvre alors que des crottes de rats ont obstrué le filtre à essence de la puissante machine.

C'est en racontant cette anecdote à son ami Jean-Pierre Wimille, un autre grand pilote, que ce dernier lui donna le surnom affectueux de « Pétoulet ». En effet dans le midi l'expression pétoule désigne une petite crotte.

Jean-Pierre Wimille se tua en 1949 au volant d'une Simca-Gordini durant sa préparation du Grand Prix de Buenos Aires. Il était considéré par Enzo Ferrari, avec Maurice Trintignant et Jean Behra, comme faisant partie des grands conducteurs français de l'époque.

En 1948 un terrible accident blesse gravement Maurice lors du Grand Prix de Suisse. Ejecté de son véhicule son corps se retrouve sur la piste. Opéré en urgence, signalé un temps comme décédé il parvient toutefois à se remettre en piste dés 1949.

L'accident l'a changé, il est devenu superstitieux et se présente dés lors à chaque départ avec des portes-bonheur glissé dans sa combinaison.  Il gagne, associé à José Froilán González les 24H du Mans 1954, sur Ferrari 375.

En 1955 Maurice Trintignant sur Ferrari devient le premier français vainqueur d'un Grand Prix du championnat de monde de F1 sur le mythique circuit de Monaco. Course qu'il gagnera également une seconde fois en 1958 au volant d'une Cooper-Climax.


Dans son livre « Comment conduire sa voiture » édité en 1967 par Hachette, Maurice Trintignant écrit ce conseil incroyable pour notre époque : « Pour rouler prudemment, roulez rapidement » !

Maurice Trintignant raccroche en 1964 et embrasse la carrière de son père, viticulteur. Il décède en 2005 à l'âge de 87 ans, véritable Gentleman Driver il aura marqué de sa grande classe la F1.

La tradition familiale de la passion automobile persiste au travers de son neveu Jean-Louis. Né le 11 Décembre 1930, la carrière de l'acteur Jean-Louis Trintignant débute en 1951. Il enchaine alors les rôles marquants, aussi bien au cinéma qu'au théâtre.

Un homme et une femme
Jean-Louis Trintignant - photo du tournage "Un homme et une femme" de Claude Lelouch

Il participe au début des années 1980 au Championnat de France de Rallye Cross, ainsi qu'aux 24H du Mans en 1980 sur Porsche 935 et au Rallye Monte-Carlo en 1984. Aucune de ces participations ne marque malheureusement l'histoire de la course automobile.

Bien que passionné et persévérant, son palmarès n'approchera jamais celui son oncle Maurice malgré ses efforts.

Un homme et une femme
Tournage "Un homme et une Femme"
Toutefois son histoire personnelle et sa passion de la course l’amenèrent à influencer le choix de Claude Lelouch pour le rôle de Jean-Louis Duroc, pilote de rallyes.


Il permit ainsi la réalisation de quelques unes des plus belles scènes du cinéma Français grâce à ses partenaires, la sublime Anouk Aimée et deux belles Mustang.



Tourné en 1966 « Un homme et une femme » est le second film dans lequel Jean-Louis Trintignant partage la vedette avec une belle automobile.



En effet, quatre ans plus tôt, un de ses plus beau rôle l'associe à Vittorio Gassmann, dans « Le Fanfaron », un film de Dino Risi. Très rythmé et innovant, le film raconte la rencontre de deux personnages que tout paraît opposer et qui décident de filer à vive allure, pour profiter de la vie, dans la splendide Lancia Aurélia B24 spider de Vittorio Gassmann (sans aucun doute une des plus belles autos au monde selon nous).

Jean-Louis Trintignant et Vittorio Gassmann dans "Le Fanfaron" de Dino Risi

Ce road-movie à l'issue tragique, dépeint avec une ironie amère l'Italie de l’après-guerre et sa fuite en avant, sans doute au mépris de certaines valeurs morales. Il paraît annoncer la fin d'un rêve et l'arrivée d'un individualisme forcené qui pousse à profiter vite et égoïstement de la vie, avant que le malheur ne nous rattrape. Le film peut être considéré à plusieurs niveaux, comédie tragique à l'italienne, satyre sociale et politique, portrait psychologique. La complexité des caractères des personnages et le jeu parfait des acteurs rendent ce film inclassable et nécessaire.

Lancia Aurélia B24 Spider

Au final les Trintignant seront parvenus à marquer de leurs empreintes quelques unes des plus belles aventures de l'histoire automobile et du cinéma. Commencés dans les années 30 dans l'insouciance de l'entre deux-guerres, l’odyssée se continuera longtemps et perdurera jusqu'aux années 60.

Victoire de Maurice Trintignant à Monaco 1952

Trente années de courses, d'amis perdus, de cinéma, de rêves, de gloire, de victoires, de films.

Deux vies qui en auront marquées de nombreuses autres et que nous souhaitions célébrer.

Jean-Louis Trintignant dans le film "Trans-Europ-Express" d'Alain Robbe-Grillet

mardi 7 février 2017

Rétromobile 2017 : l'étoile Mercedes au firmament

Mercedes-Benz exposera six autos emblématiques de son histoire sur Rétromobile.

Seront ainsi exposées la sportive 300 SL de 1952, la techno-futuriste C111-II de 1969, l’innovante 450 SLC Rallyefahrzeug de 1978, et l’emblématique 500 K des années 30.

Voici un petit aperçu de nos "coups de coeur".


La Mercedes 500 K, un des modèle emblématique de la gamme Mercedes-Benz du milieu des années 30, incarnant sportivité et élégance. Pour l'époque, ses performances sur route étaient exceptionnelles pour l'époque et elle offrait de plus un agrément de conduite encore inconnu jusque-là.

www.belles-classiques.com
Type 500 K W29

Belle et douce elle pouvait, si le besoin s'en faisait sentir, dévoiler un tempérament sportif exacerbé. Un effleurement sur la pédale d'accélérateur suffisait pour voir sa puissance grimper en flèche. Le compresseur de type Roots soufflait alors à une pression de 0,3 bars dans le carburateur double corps libérant ainsi 60 ch de puissance supplémentaire !


Production : 1934 - 1936 (29 exemplaires)
Nombre de cylindres : 8
Cylindrée : 5 018cm3
Puissance : 100ch
Vitesse maximum : plus de 160 km/h


Et notre préférée :

La Mercedes 300 SL, une auto magique avec laquelle, en 1952, Mercedes-Benz revient pour la première fois dans l'univers du sport automobile international depuis la Seconde Guerre mondiale.

Après un doublé triomphal aux 24 Heures du Mans et une double victoire au Grand-Prix de Berne, la 300 SL remporte également les deux autres courses auxquelles elle participe. Tout d’abord, le Grand Prix du Nürburgring, au cours duquel elle décroche les 4 premières places (dans sa version roadster allégée) et la Carrera Panamericana, une incroyable course d'endurance de plus de 3 100 kilomètres à travers le Mexique, qu’elle termine sur un doublé.

Mercedes 300 SL Carrera Panamericana Karl Kling Hans Klenk
300 SL (W194) Carrera Panamericana Mexico 1952

Au Mexique, Karl Kling et Hans Klenk arrivent premiers, et ce alors qu’ils ont percuté un condor qui est venu s’encastrer dans l’habitacle ! Même si la voiture de course n’est pas destinée à la vente, elle sert de base à la 300 SL de série, qui avec sa commercialisation en 1954, donne naissance à un mythe.

Production : 1952
Nombre de cylindres: 6
Cylindrée : 2 996 cm3
Puissance : 170 ch
Vitesse maxi : 230 km/h

Venez découvrir ces merveilles sur le salon Rétromobile


Belles Classiques com